Compagnie
Bérangère Vantusso

Violet
de Jon Fosse


Mise en scène: Bérangère Vantusso
Traduction: Terje Sinding
Création 2012

{Répertoire}


︎︎︎ Dossier création




« « Des fois on aimerait bien retourner comme quand on était un peu plus petit, que tout le monde nous aimait, tout le monde nous disait qu’on était un peu beau. C’est un peu puéril mais de temps en temps on se dit que c’était bien quand on était petit, c’était tout doux. C’est dommage que la vie aille de plus en plus dure »


Extrait du film L’heure de la piscine
de Valérie Winckler

Violet est le quatrième volet d’un cycle de mise en scène interrogeant le rapport au réel (Kant de Jon Fosse en 2006, Les Aveugles de Maeterlinck en 2008 et L’herbe folle d’Eddy Pallaro en 2009).


Pièce pour 6 acteurs, 5 marionnettes et un groupe de rock – Public adolescent - adulte

Le choix de Violet a été guidé par le désir de poursuivre un champ d’investigation qui a pour particularité de mettre sur scène des marionnettes hyperréalistes. Ces marionnettes portent en elles toute la réalité de la vie, sans être vivantes. Leur présence sur scène est très troublante et ouvre un espace de jeu étonnant qui se situe au croisement de trois présences, celle de l’acteur, de la figure hyperréaliste et du poème du texte. La langue de Jon Fosse est propice à ce déplacement du réel car elle porte déjà en elle ce doute sur ce qui « est » vraiment. Le vocabulaire est épuré, les répliques sont courtes et méticuleusement découpées, les mots se répètent trop souvent pour être « vrais », au final on se demande sans cesse si ce que l’on entend est dit ou pensé. Ce doute sur la provenance de la parole, doublé du côtoiement entre acteur et marionnette, donne au texte une portée inédite.

Violet parle de la fragilité, la violence, la complexité de l’adolescence. Elle met en scène 5 adolescents : Le Garçon, La Fille, Le Batteur, Le Chanteur, Le Bassiste. Ils ont 15 ou 16 ans.

Les garçons ont créé un groupe de musique, ils ne savent pas encore vraiment jouer, ils viennent d’acheter leurs instruments. La fille est amoureuse. Du batteur ? Du guitariste ?… Ils répètent dans les sous-sols de l’usine abandonnée qui leur sert d’horizon au quotidien. On imagine bien que les pères et les pères des pères y ont travaillé. Eux rêvent sans doute au succès, à une autre vie. Souvent, en lisant Violet, je pense aux Clash se déchaînant sur Should I Stay or Should I go. Les tensions et les non-dits qui parcourent leurs relations font vibrer tous les bouleversements de la créativité, du mal être, de la sexualité, de la rivalité, du sentiment amoureux. Violet parle aussi de nos héritages, du passé qui nous construit et qui guide imperceptiblement les relations aux autres et à nous-même.

Pour « jouer » ces cinq adolescents, Marguerite Bordat, moi-même et les six personnes de l’équipe de construction réaliserons cinq marionnettes hyperréalistes, qui seront un peu plus grandes que la taille humaine - environ 2m. Ce sont les corps maladroits des jeunes gens qui nous inspireront ces nouvelles sculptures. Membres trop longs, jambes maigres, mouvements hésitants. Ils seront trop grands parce que leurs corps ne sont pas finis, pas encore adaptés au monde adulte. Ils seront trop grands parce que nous les regarderons de près, parce que leur violence nous dépasse et que leur désir est immense. Ils seront « marionnettes à l’image du réel » parce que c’est bien l’Adolescence que Jon Fosse sonde dans sa pièce et non les adolescents, leur donner l’allure de la vie sans la vie c’est se pencher sur l’essence de leur existence avant de les envisager dans leurs individualités.

La musique est au coeur de la pièce. Elle est ce qui relie les personnages, ce qui les fait exister, rêver. C’est la musique qu’ils jouent (les morceaux qu’ils répètent ensemble), c’est aussi leur musique intérieure, instinctive, directe.

Il me semble que c’est à travers elle que devra apparaître la puissance des sentiments, ce précipité de révolte, de feu noir autant que l’immense besoin d’être aimé et de regarder vers demain.

La création sonore de Violet reviendra de manière évidente au bassiste Arnaud Paquotte qui fait partie des fondateurs de la compagnie trois-six-trente et qui en réalise depuis 10 ans toutes les musiques (en live ou enregistrées). Ce qui me touche dans son approche du son au théâtre c’est qu’elle est avant tout celle d’un musicien. Ce qui l’intéresse à chaque fois c’est de sonder la pulsation de la pièce plus que son atmosphère, son contexte ou sa narration. Pour cette 7ème création de la compagnie, où la musique tient un rôle à part entière, c’est plus que jamais avec lui que je souhaite travailler. Depuis quelque temps Arnaud a créé le groupe Cheresse avec deux autres musiciens bruxellois, Jean-Philippe De Gheest et Hugues Warin. Leur musique est puissante, tendue et poétique, elle me fait penser à un volcan. Elle semble faite sur mesure pour Violet et leur formation (basse, batterie, guitare) ressemble étrangement au groupe de la pièce…

C’est Cheresse qui créera la musique de Violet.

Lorsque les spectateurs pénètreront dans le hall du théâtre, ils entendront déjà la musique de Cheresse dans la salle. Commencer par la musique pour tenter de déplacer l’écoute des spectateurs et créer, je l’espère, l’espace pour une autre réalité.

En lisant Violet, je sens que quelque chose est sur le point d’exploser, quelque chose d’extrêmement fragile. Je voudrais rendre compte de cette fragilité d’être, de l’immense besoin d’amour et de reconnaissance qui précède l’explosion.

Bérangère Vantusso

Extrait


Le Garçon
Bon

La Fille
Oui je vais y aller
alors

Le Garçon
Comme s’il était un peu inquiet
Tu reviendras un peu plus tard
dans la soirée alors

La Fille
D’accord
À moins que
Avec un léger rire
c’est quand même pas terrible
cet endroit
et du coup
oui
non
non je ne sais pas

Le Garçon
comme s’il ne voulait pas qu’elle revienne
Comme ça tu pourrais nous écouter jouer

La Fille
Ça me ferait plaisir
Mais pas aujourd’hui

Le Garçon
Non

La Fille
Une autre fois
peut-être

Le Garçon
Hésitant
Oui
Mais on n’est pas très bon

La Fille
Nerveuse
Il n’y a pas longtemps que vous avez commencé de toute façon

Le Garçon
Non

La Fille
Peut-être que je
elle s’interrompt. Bref silence. La fille se dirige vers la porte

Le Garçon
Tu t’en vas

La Fille
Inquiète
Oui

Le Garçon
Peut-être
hésitant, un peu embarrassé
peut-être qu’on pourrait se retrouver après
dans la soirée
oui je veux dire
oui si tu ne reviens pas ici
Du coup
Il s’interrompt

Distribution


Mise en scène: Bérangère Vantusso
Marionnettes: Conception Bérangère Vantusso, Marguerite Bordat - Sculpture et peintureMarguerite Bordat - Moulage, réalisation et montage des corps  Einat Landais assistée de Cécile Boivert, Elsa Maurios, Michel Ozeray, Claire Rabant - Costumes Sara Bartesaghi Gallo - Perruques Nathalie Régior

Scénographie et costumes: Marguerite Bordat
Construction du décor: TNT-Théâtre national de Toulouse
Création lumière: Olivier Irthum
Création sonore: Arnaud Paquotte et le groupe Cheresse (Arnaud Paquotte, Jean-Philippe De Gheest, Hugues Warin)
Ingénieur du son: Alban Moraud
Régie générale et régie lumière: Philippe Hariga
Régie son: Vincent Petruzzellis
Photos: Ivan Boccara
Collaboratrice artistique: Adél Kollár
Interprétation: Anne Dupagne, Guillaume Gilliet, Christophe Hanon, Sébastien Lenthéric, Junie Monnier, Philippe Rodriguez-Jorda  
Administration et production: Catherine Hubin
assistée de Valérie Patriarche

Diffusion et communication Florence Kremper

Partenaires


Coproduction: TNT - Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées, CCAM-scène nationale  de Vandœuvre-les-Nancy, La compagnie trois-six-trente, Nouveau théâtre-CDN de Besançon et de Franche Comté, L’Arc-scène nationale du Creusot, L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, Direction des actions culturelles de Gonesse.

La compagnie trois-six-trente est conventionnée avec la DRAC Lorraine.

Avec le soutien financier  du Conseil Régional de Lorraine, l’aide à la production d’Arcadi,et le soutien du Conseil Général de Seine-Saint-Denis.

Remerciements à La Dynamo de Pantin et au TGP-CDN de Saint-Denis.
L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté

Direction artistique
Bérangère Vantusso

Administration & Production
Flavia Amarrurtu

Communication
Florence Kremper


Retrouvez-nous sur
︎ Instagram
︎ Facebook


Soutiens

     



©2021•Tous droits réservés
Trois-6ix-trente

Design graphique & site 
Cylindre Studio